Fallait qu'j'vous dise

Fallait qu'j'vous dise

 

Fallait qu'j'vous dise, à tous, à vous

Que dans vos yeux, la haine coule

Vous m'fusillez puis me jugez

C'est vrai vous êtes hommes d'église

Fallait qu'j'vous dise à tous, à vous

Que de vos bouches, le venin coule

Vous me coulez puis me noyez

Chose infinie qu'est la bêtise

 

Ouvrons les yeux, ouvrons nos mains

S'en aller vers un autre chemin

Comme La Fontaine dans ses fables

L'histoire se termine en morale

Peur contre peur, nos cœurs chavirent

Comme ces bateaux en périls

Si nous n'ouvrons pas nos regards

Nous finirons le jour dans l'noir

 

 

Fallait qu'j'vous dise à tous, à vous

Que dans vos cœurs votre air s'étouffe

Vous m'condamnez, puis m'arrêtez

Homme de loi, sans bien ni foi

Fallait qu'j'vous dise à tous, à vous

Que de vos langues, les mots trébuchent

Vous me jugez sans un procès

Juge et jury, puis avocats

 

Ouvrons les yeux, ouvrons nos mains

S'en aller vers un autre chemin

Comme La Fontaine dans ses fables

L'histoire se termine en morale

Peur contre peur, nos cœurs chavirent

Comme ces bateaux en périls

Si nous n'ouvrons pas nos regards

Nous finirons le jour dans l'noir

 

 

Fallait qu'je dise à tout ce monde

Que vos clichés sont dégradés

Vous m'empaq'tez puis m'étiq'tez

Un colis simple pour la cité

Fallait qu'je dise à tout ce monde

C'est sur avec les yeux fermés

On voit que la moitié des choses

L'autre demi est condamné

 

 

 

 

Ouvrons les yeux, ouvrons nos mains

S'en aller vers un autre chemin

Comme La Fontaine dans ses fables

L'histoire se termine en morale

Peur contre peur, nos cœurs chavirent

Comme ces bateaux en périls

Si nous n'ouvrons pas nos regards

Nous verrons à jamais du noir

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Personnaly © 2014 -  Hébergé par Overblog